Zone Cémac : lancement ce vendredi de la carte bancaire commune

Ce nouvel instrument d’intégration financière permettra aux ressortissants des six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), de faire des opérations sur les terminaux électroniques dans toute la zone Cémac.

A Yaoundé au Cameroun, le Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale (Gimac) va procéder au lancement officiel ce vendredi 29 janvier, d’une carte bancaire communautaire. « C’est une réalité depuis le premier trimestre 2015, puisque 250 000 cartes ont déjà été commandées par les banques certifiées», a indiqué le directeur général du Gimac, Valentin Mbozo’o. Selon le directeur général de l’institution financière sous-régionale, les banques commerciales telles que la National financial credit (NFC), la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec), la Commercial Bank Tchad (CBT), l’Ecobank…, sont déjà en possession de leur certificat d’exploitation.

L’objectif désormais affiché du Gimac, défend son patron, est de parvenir d’ici à fin 2016, à intégrer la majeure partie de ses membres pour achever la mise en place de l’infrastructure interbancaire de l’écosystème des paiements électroniques de la sous-région. L’ensemble des six pays membres de l’espace communautaire sont visés, notamment: le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Ce nouveau mode d’intégration régionale intervient quelques semaines après la visite éclair de la directrice générale du Fonds monétaire internationale (FMI) au Cameroun pour tenter, disait-elle, d’apporter le soutien de l’institution financière internationale à la région en proie à la morosité économique. Elle avait, dans ce contexte, exhorté les pays de la zone Cémac à accroitre leurs échanges commerciaux. Les échanges commerciaux entre les Etats de la zone Cémac étant très faibles, environ 3% du commerce total de la zone, « ne contribuent pas suffisamment à la croissance des pays de la Cémac », avait décrié début janvier, Christine Lagarde.

La carte bancaire communautaire contribuera sans doute à booster les échanges commerciaux et les transactions bancaires entre Etats de la sous-région Cémac. Par ailleurs, la patronne du FMI avait au cours d’une rencontre avec les ministres des Finances des six pays membres, invité ces dirigeants à harmoniser les impôts entre les Etats, à assurer l’entretien  des infrastructures réalisées, entre autres. Pour le FMI, dans le contexte actuel où la sous-région est touchée par deux chocs extérieurs majeurs, la chute du prix du pétrole et la menace sécuritaire liée au terrorisme, seule une intégration régionale plus poussée avec des institutions régionales dynamiques est nécessaire pour améliorer la compétitivité du secteur non pétrolier et soutenir la croissance. « Cela nécessite un effort de la part des autorités nationales régionales. Le Cameroun est la première économie de la sous-région et pourrait jouer un rôle de locomotive économique régionale », a déclaré Lagarde.

Notons que la Cémac contribue depuis des décennies à la stabilité macroéconomique de la sous-région, grâce notamment à la monnaie et la banque centrale communes qui ont aidé à maintenir l’inflation à des niveaux bas.

Source: agence d’information d’Afrique centrale

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine

afrika54news

ACTUALITÉ AFRICAINE À TOUTE HEURE

You May Also Like

Laisser un commentaire