Ce lundi 1er février 2016, au troisième jour du procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI) pour « crimes contre l’humanité », la parole était à la défense. Les avocats de l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo ont affirmé que l’actuel dirigeant Alassane Ouattara s’était emparé du pouvoir « par la force » avec l’aide de la France. Devant la Cour pénale de La Haye, Me Emmanuel Altit a notamment soutenu que le camp de Alassane Ouattara avait lancé « une campagne de recrutement de mercenaires lancée début 2010 au Burkina Faso »

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine

Laisser un commentaire