Au Gabon, Lionel Kinadjian, expert en pêche à la FAO, a mis au point un propulseur à piment. Cet instrument employé pour protéger les plantations des pachydermes permet aux paysans de préserver leurs cultures sans avoir recours à la violence.

Le propulseur à piment fonctionne comme un piège (petit coffre de bois muni d’un propulseur) à balle de piment disposé sur les passages d’accès des éléphants aux plantations. Il a trois usages : effrayer l’animal avec la détonation de l’appareil qui les met en déroute sous l’effet de la surprise, irriter sa peau avec la projection de balles contenant le liquide pimenté, irriter ses sens avec les effluves. La cartouche à piment employée est une petite balle de ping-pong pouvant atteindre une distance de 8 à 10 m. Elle est faite à partir des essences locales, plus particulièrement le padouk et l’issopé.

Les troupeaux d’éléphants sont une menace permanente pour les plantations des communautés villageoises au Gabon et dans la sous-région en général. En l’absence de moyens adaptés pour les tenir hors de portée, tout en protégeant leur vie, les conflits hommes-faune (CHF) deviennent récurrents et menacent les efforts de conservation de la biodiversité et la sécurité alimentaire des populations d’Afrique centrale en général.

Aussi la FAO a-t-elle mis en place un projet pilote afin de généraliser l’usage de cet instrument qui a fait ses preuves.

Source: ecceafrica.com

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine