Migrants africains en Israël: une question d’un examen universitaire en israel compare les migrants africains à des rats

content_image

Migrants africains

L’un de nos observateurs en Israël a relevé une question étrange lors d’un examen soumis à des étudiants ingénieurs : sans subtilité aucune, une question liait les migrants africains présents dans le pays à des rats.

Moran Mekamel a posté la question de l’examen sur son compte Facebook, elle lui avait été envoyée par une élève-ingénieure. 

La question, en hébreu, décrivait une situation fictionnelle. Les élèves devaient se prononcer sur le creusement d’un tunnel sous-terrain pour faire circuler un train dans la zone de Tel-Aviv. Pour ce faire, “il a été décidé de transférer les rats vers des territoires africains, où les rats sont demandés pour le développement du vaccin contre la rage ». Les élèves avaient ensuite le choix entre plusieurs réponses possibles pour rassembler les rongeurs : attraper 400 rats par mois pendant les heures de travail, ce qui coûtera à la ville 9 shekels (2 euros) par animal ou assembler les rats en dehors des horaires de travail, ce qui coûtera plus cher. La partie la plus étrange arrive à ce moment-là ; un dernier choix propose aux étudiants d’envoyer les rats « dans un établissement situé dans le sud d’Israël » appelé « Ruhot ».

C’est bien là le problème : ”Ruhot”, qui signifie “vent”en français, est très proche de “Holot”, qui se traduit par “sable”, et qui est le nom d’une prison célèbre dans le sud d’Israël. Des centaines de demandeurs d’asile africains y sont détenus – la plupart d’entre eux sont originaires du Soudan et d’Érythrée. Les autorités veulent les renvoyer soit dans leur pays d’origine, soit, s’ils refusent (ce que la plupart font, ayant fuit les guerres ou les persécutions), vers d’autres pays africains.

De nombreux Israéliens, dont des politiciens, ont qualifié publiquement ces migrants d' »infiltrés », ce qui pour Mekamel n’est pas loin du terme « rats ».

La question de l’examen avait été écrite par le professeur Moshe Kaspi, qui est aussi le directeur du département étudiant de l’établissement. Dans une interview, le 15/02 au site d’infos Ynet, il s’est excusé, expliquant qu’il avait essayé de faire de l’humour avec cette question.

« Malheureusement, je pense qu’il est le reflet d’Israël »

Moran Mekamel vient d’être diplômé de l’université Ben Gourion. Elle continue à diriger l’association étudiante “Étudiants de Ben Gourion pour la défense des réfugiés et des demandeurs d’asile”.

L’excuse du directeur, pour moi, ce n’en est pas une – ce qu’il dit est terrifiant. Le simple fait qu’il pensait faire une blague, et qu’il n’en a pas honte est inquiétant. Malheureusement, je pense qu’il est le reflet d’Israël. Notre société a profondément déshumanisé les Africains. Ces dernières années, c’est devenu de pire en pire… [Nous avions consacré une émission Ligne Directe aux Africains demandeurs d’asile en Israël, ndlr], les appeler des « infiltrés » et maintenant « des rats » me fait penser aux périodes les plus sombres de l’Histoire, quand mon peuple, le peuple juif, avait été décrit de la même façon.

On a été nombreux à être très choqués, mais j’ai aussi vécu le retour de flamme. L’un des assistants du professeur m’a écrit, expliquant que le mot « rat « ne voulait pas dire grand-chose. Il a précisé que lorsqu’ils avaient écrit les questions, ils pensaient au départ utiliser le mot “chat”. Mais à ce moment-là il y a eu la polémique sur les chats errants en Israël – un ministre avait suggéré de les envoyer à l’étranger – et donc ils ont craint que cela pouvait offenser des étudiants qui avaient nourrit ces chats. J’étais encore plus choquée ! Cela prouve qu’ils ont vraiment pensé en details à ces questions…

D’autres gens ont dit des choses horribles, comme : « C’est insulter les rats”. On m’a aussi reproché mon manque d’humour. Mais je ne céderai pas. Notre association a demandé des comptes aux autorités universitaires – qui, en général, soutiennent nos actions en faveur des réfugiés – on veut savoir ce qu’ils préparent pour répondre à ces explications du professeur. Nous avons envoyé une lettre mardi, depuis, pas de réponse… S’ils ne répondent pas, il nous faudra frapper plus haut, à la porte du ministère de l’Éducation.

Auteur: France24

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine

afrika54news

ACTUALITÉ AFRICAINE À TOUTE HEURE

You May Also Like