En Afrique du Sud le procès de quatre anciens policiers a débuté vendredi devant un tribunal de Pretoria.

Plus de 20 ans après la fin de l’apartheid, les quatre hommes sont poursuivis pour avoir kidnappé Nokhutula Simelane en septembre 1983.

Cette jeune étudiante militait contre le régime raciste et faisait partie d’Umkhonto WeSizwe, la branche armée de l’ANC.

Les quatre ex-agents de la police d’état étaient membres d’une unité spéciale des forces de l’ordre à Soweto et traquaient ceux qui luttaient contre les autorités ségrégationnistes.

Nokhutula Simelane a été emprisonnée pendant 5 semaines, elle a été torturée puis tuée. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Les quatre hommes avaient avoué une partie des faits devant la Commission Vérité et Réconciliation, et assuraient ne pas l’avoir assassinée.

La famille de Nokhutula s’est battue pendant des années pour qu’un procès ait lieu.

Premier cas depuis 20 ans

Au total, la Commission Vérité et Réconciliation a recommandé des poursuites judiciaires dans plus de 300 affaires contre plusieurs milliers de personnes n’ayant pas bénéficié d’amnistie.

A ce jour, seule une poignée de cas a été traitée et des centaines d’affaires restent non résolues.

Ce procès est ainsi le premier en presque 20 ans et pourrait durer des mois.

Le juge a décidé vendredi qu’ils pouvaient tous être placés en liberté conditionnelle après avoir payé une caution de près de 320 dollars.

La prochaine audience a été fixée au 29 mars prochain.

Auteur: BBC

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine