Créée en 2007 et dirigée par le chercheur Hassan Sefrioui, la fondation marocaine Mascir (Marocan fondation for advanced science, innovation and research) a mis au point les kits Modiac qui permettent de diagnostiquer la majorité des maladies infectieuses les plus courantes au Maroc, en l’occurrence le cancer et les infections virales.

Ces kits, dont la conception a nécessité quatre ans de travail, ont l’avantage comparatif d’être peu coûteux. «Le kit de diagnostic utilisé actuellement au Maroc est acheté à l’étranger. Les patients doivent ainsi attendre plusieurs semaines pour l’importer ou pour attendre les résultats de leurs analyses envoyées à l’étranger. Grâce au kit développé par MAScIR, les laboratoires marocains pourront faire le test sur le champ. En outre, le prix sera réduit de moitié, soit 1.000 DH (Dirhams, la monnaie locale) au lieu de 2.000 DH», explique Hassan Sefrioui.

Le premier kit commercialisé par le laboratoire Sothema est le Kit de diagnostic de la leucémie. Suivront le kit de diagnostic du cancer du sein et du cancer de la prostate dont la commercialisation est prévue pour fin 2016 ou début 2017. Les chercheurs de la fondation Mascir travaillent également sur un kit de diagnostic de l’hépatite C, de la polyarthrite et de la tuberculose, attendu en fin 2016. «Grâce au test de diagnostic de la tuberculose, la maladie pourra être détectée à l’état précoce. Le résultat apparaît en un jour au lieu de plusieurs semaines actuellement», souligne t-il sur le site mascir.com.

Des aides à la santé salutaires, qui ont permis à la fondation de remporter le premier Prix de la compétitivité et du partenariat université-entreprise au cours de la troisième rencontre internationale de Dakhla.

Eccafrica

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine