Pour beaucoup d’économistes, le Nigéria est un colosse économique aux pieds d’argile. L’instabilité fragilise les bases de son développement. La montée en puissance de la secte Boko Haram, la corruption, le lobbyisme affiché sont autant de manifestations de cette faiblesse que le pays doit surmonter pour assurer la pérennité de sa croissance. Il n’en reste pas moins que les start-up nigérianes fleurissent et sont un modèle de réussite souvent copié, raison pour laquelle Ecce Africa décrypte les fondamentaux de ce succès.

L’alternance politique réussie

L’actuel président du Nigéria, Muhammadu Buhari, est arrivé en tête des scrutins avec 54% des suffrages. Cette alternance politique réussie est un atout indéniable dont il est possible de mesurer la portée en s’intéressant au passé d’un pays voisin du Nigéria, la Côte d’Ivoire. Il est de l’ordre de l’évidence que l’activité économique dans son ensemble et les investissements internationaux se portent mieux dans les pays où règne une démocratie qui s’inscrit dans la continuité.

La population

Depuis 2013, la population du Nigéria a franchi la barre des 175 millions d’habitants. En matière de consommation, cela représente un marché important dans les seuls domaines de l’agriculture, de l’alimentation, de la transformation agro-alimentaire, du logement… bref dans tous les domaines qui ont trait à la satisfaction des besoins primaires. Si l’on considère par ailleurs la capacité que cette population représente dans le monde du travail, on comprend aisément que le Nigéria possède la ressource humaine pour créer mais également pour consommer.

L’explosion des classes moyennes

Un web-documentaire réalisé par Philipe Couve a mis en lumière l’émergence des classes moyennes et leur impact dans le développement économique du pays. Il est intéressant de savoir qu’elles disposent d’un pouvoir très intéressant comparable à un effet papillon mais cette foi-ci, d’un point de vue financier. Au Nigéria, cette classe moyenne représente 23% de la population, c’est-à-dire que cette part de la population nigériane a un pouvoir d’achat stable  et réunit toute les conditions pour accéder à des services même s’ils sont développés en ligne.

Une consommation axée sur la production locale

En plus d’être nombreux, on observe chez les Nigérians un respect pour la production locale. Pour le mesurer, il suffit d’observer les habitudes de consommation et le nombre de structures de transformation qui naissent dans le pays et se développent. La population nigériane est tournée vers son marché, ce qui offre aux start-up une cible bien réelle.

La culture entrepreneuriale

On assiste à un véritable foisonnement d’idées. Les Nigérians sont, par essence, entreprenants. C’est une question de résilience. Ils sont souvent à la recherche de la bonne idée qui les rendra riche car d’un point de vue culturel, l’acquisition de la richesse semble leur être impérative .

Dans la ville de Lagos, poumon économique du pays, on peut percevoir cette culture rien qu’en observant le paysage économique. L’effervescence de l’activité économique est liée, non pas seulement à l’importante population mais surtout à la part de personnes qui y prend part.

La persévérance

Bankole Oloroutoba promoteur de start-up au Nigéria a confié au Monde que les entrepreneurs nigérians « partagent tous cette ténacité très forte, une envie de réussir que l’on retrouve beaucoup au Nigéria, ce petit plus qui fait que nos jeunes entrepreneurs sont parmi les plus bosseurs d’Afrique. Nous sommes patients, nous savons encaisser les coups durs et surtout nous apprenons de plus en plus vite à mettre le turbo dès que nous détections une opportunité, une nouvelle niche à développer. ».

Le boom de la technologie

Une étude a prouvé qu’il y avait plus de portables que d’hommes à Lagos (ce constat a justement été un argument pour la création d’une entreprise de réparation « SuperGeeks »).

Un Nigérian moyen possède deux portables et un accès à internet. Une situation qui favorise la création de services en ligne comme le e-commerce. En effet, le boom de la technologie crée un cadre et les conditions qui donnent une longueur d’avance aux start-up par rapport à certains pays où l’accès à internet demeure un véritable casse-tête.

L’écosystème numérique dynamique

Il ne suffit pas simplement que la population ait accès à internet. Il faut que les start-up qui utilisent internet comme levier de développement sachent comment l’exploiter. Et au Nigéria, elles y parviennent aisément grâce aux nombreux incubateurs et autres hubs qui assurent leur maturation sécurisée.

Il faut aussi noter, qu’à lui tout seul, le Nigéria abrite les deux plus importants concours de technologie et de l’Innovation en Afrique, à savoir : la DemoAfrica et SheleadsAfrica qui est un concours réservé exclusivement aux femmes. Un atout qui fait ses preuves.

Des start-up qui apportent des solutions à des problèmes courants

Le principal atout des start-up au Nigéria, c’est qu’elles font écho à un besoin existant en y apportant une solution accessible au plus grand nombre. C’est le cas de Green Energy qui réduit la dépendance à l’essence fossile, SimplePay, InstaPay, Konga, système de paiement numérisé et plateforme d’achat en ligne pour le Nigéria …

La levée de fonds

Les start-up nigérianes sont celles qui lèvent le plus de capitaux en Afrique. En 2014, VC4Africa, le réseau social pour entrepreneurs africains, a dénombré 24 start-up qui sont parvenues à lever des fonds. En Afrique, c’est un nouveau record qui a été battu. Cette capacité est sans conteste une aide indispensable à l’éclosion de start-up viables.

Ecceafrica

Click here for reuse options!
Copyright 2016 actualité africaine